29 juin 2006

Jeu n°28. La rivière Hooghly est longue.

Aux Indes, je me demande ce qu’il fait.

Il àa peut être passé une soirée avec une femme ? Une von avec quelque chose derrière, des apparences. Il n’a pas bu ce soir, il y avait du champagne, mais quand le garçon s’est approché, avec son plateau tenu d’une main, il a refusé et l’a remercié d’un signe la tête. C’est ensuite qu’il l’a regardé, qu’elle a rit, qu’il a rougit. Confus, il l’a rappelé et a offert une coupe à cette femme qui se disait qu’elle le trouvait charmant. Il  remarqua assez vite son comportement, la façon de toucher de l’index son collier –des diamants ?- qui descendait en pointe au creux de ses seins. Comme toujours il est resté poli. Depuis le plus jeune age il était le garçon agréable ; joli aussi.

Contrairement à beaucoup d’hommes, lui ne porte pas la moustache pourtant il passe les doigts au dessus de sa bouche, il est gêné et  rougit ; mal-adroit, elle va croire de lui qu’il a des intentions pour elle.

La soirée loin d’être achevée, elle lui a fait savoir qu’elle voulait pourtant partir ; il lui a proposé de la raccompagner et elle a accepté. Elle est montée à coté de lui, sur la banquette avant de sa voiture qu’il avait garé assez loin. Durant le trajet il a remarqué qu’elle ne le lâchait pas du regard. Une pluie à commencé a tomber ; en ville, sous les lampadaires, les gouttes dans la lumière jaune.

En bas de son immeuble elle l’a remercié et lui a proposé de monter. Il a refusé et a sourit. Déçue, elle n’a rien répondu avant de lui dire : « Bonsoir, une prochaine fois alors. » En montant l’escalier elle a détaché ses cheveux et mit son collier dans un de ses gants. Il savait qu’ils ne se reverraient pas.

Il a continué et a roulé doucement dans ce quartier où il y a des garçons. En les dévisageant derrière la vitre, il a pensé qu’il pourrait s’arrêter ; un jour ; il y pense chaque fois.

Il est rentré, et au dernier étage, Arthur l’attendait devant la porte. Dans sa main il tenait un journal qu’il a lâché quand il s’est levé en le voyant arriver. Deux tours dans la serrure.

Ils ont un peu parlé mais il n’aime pas dire ce qu’il prévoit d’écrire ; assit à la table Arthur attentif au peu qu’il a dit.

Il s’est assis sur le lit, gêné de ne jamais savoir comment commencer. Quand Arthur est reparti il s’est dit qu’il  ne s’en souvenait pas ; c’est une des choses à quoi il ne préfère ne pas penser.

Il a tiré la chaînette et dans le noir il a revu le visage d’un de ces garçons qu’il avait remarqué, qui lui avait attiré l’attention et qui fait qu’il repassera, demain ; un jour.

Et puis il a pensé à moi.

Aux Indes, la rivière Hooghly devant mes yeux, je me demande ce qu’il a fait.

Posté par le fini à 23:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Jeu n°28. La rivière Hooghly est longue.

Nouveau commentaire